Rapport

Exister par le 'gbonhi': Engagement des adolescents et jeunes dits 'microbes' dans la violence à Abobo (Abidjan, Côte d'Ivoire)

La compréhension lacunaire de la problématique de l'engagement des jeunes et adolescents dans la violence en bandes organisées induit des réponses partielles qui ne permettent pas de l'endiguer véritablement, et parfois même alimente le cycle de la violence.

La compréhension lacunaire de la problématique de l'engagement des jeunes et adolescents dans la violence en bandes organisées induit des réponses partielles qui ne permettent pas de l’endiguer véritablement, et parfois même alimente le cycle de la violence. Pour y remédier, ce rapport offre une fine compréhension du phénomène permettant ainsi une lecture plus nuancée de l’engagement de certains (pré)adolescents et jeunes dans ces groupes – aussi appelés « gbonhis » dans le langage populaire ivoirien.

  • Qui sont les « Microbes » ?
  • Quelles sont leurs motivations ?
  • Quelles réactions génèrent-ils ?
  • Quelles réponses adaptées apporter à ce phénomène ?

La réponse à ce phénomène ne peut ni être sectorielle ni être portée par un acteur unique. Seule une réponse globale et intégrée peut permettre de générer un véritable impact sur le terrain. Dans ce sens, le rapport propose une série de recommandations opérationnelles structurées autour de cinq grandes lignes complémentaires :

  1. Porter un regard plus objectif et nuancé sur le phénomène
  2. Placer la reconnaissance sociale au cœur de toute initiative
  3. Inciter une économie innovante et attrayante à Abobo
  4. Favoriser une école pacifiée, vecteur de réussite
  5. Encourager des réponses multisectorielles cohérentes