Recherche Action Participative

La recherche de la paix nécessite une approche globale, concertée et déterminée qui vise à traiter les causes profondes des conflits, y compris dans leurs dimensions économiques, culturelles et sociales.

La recherche de la paix nécessite une approche globale, concertée et déterminée qui vise à traiter les causes profondes des conflits, y compris dans leurs dimensions économiques, culturelles et sociales.

L’approche utilisée par Indigo Côte d’Ivoire est basée sur la Recherche Action Participative (RAP), qui part de l’idée que les solutions aux défis auxquels les sociétés sont confrontées doivent être élaborées, décidées et détenues par les sociétés elles-mêmes, afin de pouvoir apporter des remèdes efficaces et durables. Elle consiste à engager les parties prenantes dans une dynamique collective et interactive de réflexion et de dialogue sur les problèmes propres à leurs sociétés et sur les moyens pour les résoudre.

Cette méthodologie s’appuie sur un processus prenant en compte les avis de toutes les couches de la société, de la base au sommet. Ce faisant, le processus contribue à créer une culture du dialogue et à améliorer les relations parmi des groupes parfois antagonistes, par le biais de rencontres répétées et structurées et d’une analyse conjointe des défis et des solutions à apporter.

A terme, sa mise en œuvre permet l’établissement par les acteurs confrontés à une situation, de dégager eux-mêmes, une analyse partagée et soutenue par tous, pouvant servir de base à la recherche participative de solutions consensuelles aux problèmes, en promouvant une inclusion quasi-systématique et une participation constructive des parties prenantes. De cette manière, les distances horizontales (entre les groupes socio-politiques) et verticales (entre la population, les autorités locales et nationales) sont réduites.

L’approche de Recherche Action Participative (RAP) implique que les questions posées au cours des groupes de discussion et entretiens demeurent ouvertes de manière à identifier les obstacles à la paix durable, et éviter de suggérer une réponse attendue afin de susciter la spontanéité et une large participation sur tous les aspects potentiellement conflictuels (de nature communautaire ou autre). Cette approche permet également de mieux évaluer l’importance portée à certains problèmes, les participants étant libres de guider la discussion autour des problématiques qui les préoccupent particulièrement.  

Cette approche, tablant sur un agenda bien plus ouvert, a l’avantage de permettre à l’équipe de recherche de se tenir à distance égale des parties, tout en favorisant la diversité et les principes de neutralité, de transparence et de discrétion ; principes de base à partir desquels l’on peut espérer une réelle appropriation des conclusions de l’étude.